Focus sur une blogueuse: Girls In Uniform

Partagez cet article

Réaliser des pièces uniques, les partager sur votre blog et inspirer les autres, l’association de la couture et des blogs est très populaire. Et parce que le nombre de blogueuses dans l’univers de la mode ne cesse d’augmenter, Fibre Mood vous en présente une chaque mois. Rencontrez ce mois-ci Tatiana, Margot et Lieve et leur blog Girls In Uniform. Découvrez ce qu’est la couture pour elles et comment elles participent à cette communauté.

Girls In Uniform

Pourquoi as-tu commencé ce blog couture ? Et pourquoi as-tu commencé à coudre et/ou tricoter ?

Trois Girls in Uniform, trois histoires différentes... Tatiana voulait du temps pour elle et souhaitait remplir sa garde-robe et celle de ses garçons. Lieve avait du mal à trouver des vêtements dans les magasins et voulait surtout coudre pour elle-même. Margot gardait peu de souvenirs agréables des cours d’arts manuels à l’école, mais les histoires à succès de ses copines lui ont donné envie de trouver son propre style créatif. Quand les deux autres ont fait connaissance grâce à Lieve, le blog a été créé comme projet en commun de trois couturières débutantes qui cherchaient une plate-forme pour partager leurs créations entre elles et avec le monde entier. Maintenant, trois ans plus tard, Girls in Uniform est l’histoire d’une belle amitié entre trois filles en uniforme, dans la police et dans l’armée, qui partagent une passion.
 

Comment as-tu appris la couture ?

Tatiana et Lieve font leurs premiers pas pendant les soirées couture à l’atelier Boho à Gand. Dès le premier sac cabas double face, elles sont convaincues. Hormis l’apprentissage des techniques de couture, elles y gagnent également une amie ! Margot a appris la couture sur YouTube, dans quelques livres intéressants et après beaucoup d’erreurs. Son premier projet était une pelote à épingles. Pour les projets compliqués, il lui arrive de demander de l’aide. Pourquoi elle a choisi cette méthode ? « Je suis convaincue qu’on apprend le mieux de ses erreurs. Nous sommes trois dans cette histoire de blog, c’est un grand avantage. Il y a toujours quelqu’un en ligne qui peut nous venir en aide si on est bloqué. »
 

Qu’est-ce que tu préfères : la couture ou le tricot ?

Pour Lieve, la couture a commencé après trois ans de tricot intensif. Elle se remémore cette période. « Le tricot, c’est bien, mais présente le désavantage qu’on ne peut pas vraiment travailler sur une taille précise. À la fin du travail, le pull était toujours presque comme j’aurais voulu qu’il soit. J’ai donc commencé à tricoter sans arrêter pour les autres, car j’y arrivais bien pour elles. Seulement quand j’ai commencé la couture ai-je pu remplir ma propre garde-robe. Un monde s’est alors ouvert à moi ! » Les autres Girls affirment : pas de tricot pour elles. Elles préfèrent la couture, et de loin !
 

Jeune, étais-tu déjà créative ?

Tatiana vient d’une famille créative : « Mon frère et moi avions déjà notre atelier de couture à la cave de notre maison familiale, où nous réalisions des doudous ensemble. J’aimais également dessiner et tricoter dans l’atelier de mon père, qui créait des costumes et décors pour le théâtre et l’opéra. » Margot et Lieve étaient créatives, mais jamais avec fil et aiguille. Elles préfèrent utiliser leur imagination pour inventer des histoires. »
 

D’où vient le nom de ton blog ? Et pourquoi l’as-tu choisi ?

Nous sommes trois femmes dans une profession en uniforme, à la défense et dans la police. Nous avions envie de jeter un pont entre nos loisirs et notre environnement professionnel, parce que cela ne semble pas évident au premier abord. Margot rigole : « Nous avons hésité par rapport au nom, parce que Girls in Uniform est un terme de recherche qui prête à confusion. Ma mère a obtenu des résultats étonnants quand elle a cherché notre blog ! Elle n’a été rassurée que lorsque je lui ai envoyé le lien vers notre blog. Mais nous apprécions cette dualité somme toute rigolo. »
 

Que considères-tu comme ta plus belle création ? De quoi es-tu le plus fier ?

Il n’y a pas de meilleur compliment que quelqu’un qui dit : « J’adore ta robe, tu l’as achetée où ? » Tu réponds avec nonchalance que c’est toi qui l’as faite. Margot reste fière de sa robe Flo et la Megan qu’elle a réalisées il y a des années. Ce sont des valeurs sûres. Lieve est très fière de son premier patron, le Stinger. Elle a réalisé la marche à suivre de ce patron avec son homme. « Dès que je vois passer le Stinger sur les médias sociaux, je rougis de fierté. C’est génial de pouvoir inspirer les autres par ses créations. » Tatiana n’a pas non plus besoin de réfléchir longtemps. « Je suis surtout fière de mon sac à ordinateur portable Stinger. Quand j’ai vu le patron de Lieve, j’en suis tout de suite tombée amoureuse. Le résultat de ma couture a dépassé tous mes espoirs. »

L’univers des travaux manuels te réserve-t-il des défis ?

Chaque Girl connaît son propre défi. Pour Margot, c’est la finition qui n’est pas facile : « Un moment donné, je veux terminer une pièce pour pouvoir en commencer une autre. Donc je me force à finir le premier projet avant de me lancer dans le suivant. »  Tatiana a du mal à adapter les patrons à sa silhouette. Elle n’a pas une taille standard et doit tout modifier pour l’ajuster à sa taille. Pour Lieve, le plus grand défi est de ne pas dire ‘oui’ à chaque défi qui passe. « Mon enthousiasme fait que je tombe toujours dans le même piège. Je suis éternellement à la recherche de nouveaux patrons, nouvelles techniques, tests de patrons... et souvent mon agenda déborde. Je stresse pour atteindre mes dates butoirs et la couture n’est plus un plaisir qui détend. Dire ‘non’ de temps en temps relâche un peu la pression, mais ce n’est pas facile. »
 

Les personnes qui ne cousent/tricotent pas : comment les convaincrais-tu ?

Commencez par de petits projets simples pour gagner assez d’assurance pour apprendre de nouvelles techniques. Si vous vous y prenez bien, la couture détend et - malgré le fait d’être derrière une machine à coudre - vous entrerez dans une communauté qui partage ce loisir. Rejoignez un café ou un atelier de couture où quelqu’un vous accompagne dans vos projets, de cette façon vous trouverez également une réponse à toutes vos questions. Inscrivez-vous à un week-end couture ou suivez un atelier intéressant. Vous verrez que vous vous entendrez tout de suite avec les autres couturières, car vous avez toujours un sujet de conversation.
 

Quelle est ta plus grande peur/frustration pendant la couture/le tricot ?

C’est très frustrant de vous engager corps et âme dans un projet si le résultat vous déçoit. Le tissu n’est pas adapté ou le modèle ne vous va pas. L’avantage de Girls in Uniform est que nous avons le blog pour relâcher la pression. Nous écrivons un texte à ce sujet et nos suiveurs font beaucoup d’effort pour nous réconforter, ou nous nous plaignons entre nous. Souvent, d’autres couturières nous donnent des conseils pour sauver notre ouvrage... Et elles sauvent régulièrement nos projets de la poubelle ! Une autre frustration commune est le manque de temps. Il y a tellement de belles choses à réaliser et les journées ne comptent que 24 heures. Quelqu’un connaît-il une façon de fabriquer du temps ?
 

Où trouves-tu l’inspiration pour ton blog ? Et y a-t-il d’autres blogs que tu aimes ou qui t’inspirent ?

Nous ne voulions pas faire un blog de couture classique et avons opté pour un mélange de faits (historiques), d’émotions de couture, de critiques de magazines ou de livres de couture et d’ouvrages (vêtements, sacs, produits utilitaires...). Bref : tout ce qui a un lien avec la couture, dans le sens large du terme. Nous trouvons de l’inspiration sur Pinterest, mais également entre nous et sur d’autres blogs. Souvent, on n’a même pas besoin de chercher loin. Parfois, dans la rue, vous remarquez un tissu, un imprimé ou un modèle et vous savez que vous allez l’utiliser.
 

À quoi ressemble ton atelier ? Et où se trouve-t-il ?

Margot et Lieve ont lentement mais sûrement pris possession du bureau et Tatiana a réquisitionné l’ancienne chambre de ses fils. Un atelier dédié où vous pouvez laisser vos affaires et réveiller votre créativité, c’est le paradis sur terre. Bientôt, la chambre d’amis de Lieve et de son mari deviendra un vrai atelier de couture « sur mesure ». C’est vraiment top !

Girls In Uniform

Es-tu généralement satisfaite des réactions à ton blog ? As-tu beaucoup d’interaction avec tes suiveurs/visiteurs réguliers ?

Quoique le blog ait commencé comme un genre d’archive pour nos ouvrages et que nous voulons surtout être contentes de nos créations nous-mêmes, nous sommes ravies si nos publications suscitent des réactions. Et nous nous faisons un point d’honneur de répondre à chaque réaction. Lieve raconte : « Parfois, des femmes nous contactent directement à travers un autre canal et ce sont toujours des rencontres agréables. Et dans la vraie vie, nous rencontrons parfois également des suiveurs. Quand vous êtes devant votre écran, c’est comme si vous écrivez un journal, mais quand quelqu’un vous aborde au supermarché, vous vous réalisez que vos écrits sont réellement lus. La chaleur que nous offrent nos suiveurs nous est très chère. »
 

Qu’aimerais-tu faire à l’avenir ?

Des manteaux, des robes, un sac cross-body que Tatiana adore font partie de la liste de Tatiana. Margot et Lieve aimeraient pouvoir dire qu’elles réalisent la majorité de leurs garde-robes. Margot n’a encore jamais osé réaliser un pantalon, mais c’est également prévu. Margot ajoute : « Nous essayons aussi de coudre régulièrement pour une bonne œuvre, c’est très gratifiant.
 

Quelles astuces voudrais-tu donner à des couturières et/ou tricoteuses débutantes ?

« Ne vous découragez pas », dit Tatiana : « Les premiers mois, j’ai usé pas mal de couteaux à découdre. » Commencez au début et ne vous attendez pas à pouvoir coudre le chemisier parfait après un seul projet. Margot conserve une note dans sa machine à coudre : « Profitez du processus, mais encore plus du résultat », car c’est le principal objectif d’un loisir. Lieve avertit contre les dangers du monde numérique : « Souvent, en ligne, vous voyez uniquement les réussites. Sachez que chaque couturière a ses moments de frustration, les jours où rien ne va et où tout prend deux fois plus de temps. Ne vous laissez pas éblouir par les messages qui disent que la réalisation de cette belle robe « ne prend que deux heures ». Prenez le temps et amusez-vous ! »

Partagez cet article

Chaque semaine le meilleur de Fibre Mood dans votre boîte mail ?