Focus sur Louise Magazine, la plateforme en ligne pour les couturières modernes

Une interview avec Julie de Louise Magazine à propos du début de son concept unique

Partagez cet article

Il y a moins d’un an, Julie de Louise Magazine lança, toute seule, une première dans l’univers de la couture : un magazine en ligne pour toutes les couturières, avec des articles portant sur les nouveautés, des sources d’inspiration, des informations techniques, etc. Bref : tout ce dont une couturière de l’an 2019 a besoin pour se laisser inspirer ! Pour toutes les Louisettes (futures et fidèles) nous avons interviewé l’initiatrice de Louise Magazine à propos de son job et du rôle que joue la couture dans sa vie.

D’où vous est venue l’idée de lancer Louise Magazine ?

J’ai appris la couture de mes grands-parents, qui étaient tailleurs. Pendant ma première grossesse, j’ai (re)commencé à coudre et je suis devenue accro. Tellement accro que j’ai quitté mon job technique pour travailler dans la couture. J’ai suivi une formation d’un an pendant laquelle j’ai développé une marque de vêtements pour enfants. C’était une grande aventure de presque trois ans. C’était très compliqué d’assumer toute seule la gestion et la rentabilisation, j’ai donc mis ce projet en attente. 

Par hasard, j’ai déménagé dans un village tout près de Fontainebleau, et mon nouveau voisin s’est avéré être le créateur de Hello Blogzine, un magazine de décoration en ligne. Cela a fait tilt ! Il n’existait pas de webzine intéressant dans le domaine de la couture, et j’avais toutes les cartes en main pour le créer : compétences web, connaissance de l’univers de la couture... En quelques semaines, c’était fait !

D’où vient le nom Louise Magazine et « Louisettes » pour vos lectrices ?

Louisette est le prénom de ma grand-mère. Avec mon grand-père, elle m’a appris la couture. Ensemble, ils avaient un atelier de tailleur. J’ai réalisé Louise Magazine en honneur à ma grand-mère. Mais elle n’a jamais compris que je quittais un métier « intellectuel » pour me lancer dans la couture. Elle l’a aperçu comme un échec. Je crois que ce pas lui a fait très peur. J’aurais aimé lui démontrer qu’elle avait tort et que la couture a sa place dans le monde actuel. Malheureusement, elle est décédée cet été, juste après la réalisation du magazine. 

Quelle partie de Louise Magazine vous rend le plus fier ?

Je suis très fière quand je reçois des messages de lectrices de tous âges et de différents milieux qui me disent qu’elles ont découvert le magazine et l’adorent. Je ne pensais pas que je recevrais autant de messages encourageants et affectueux. C’est très émouvant. La semaine dernière, j’ai reçu un message d’une femme d’environ cinquante ans qui m’a ému aux larmes.   

Étiez-vous déjà créative ou intéressée par la couture quand vous étiez petite ?

J’ai toujours aimé travailler avec mes mains, comme la cuisine par exemple. Je faisais beaucoup de gâteaux avec des décorations très travaillées. En plus, je trouve qu’il y a beaucoup de ressemblances entre la cuisine et la couture. Les deux demandent de la créativité, mais également de la précision.

Où trouvez-vous votre inspiration ?

Je trouve de l’inspiration dans tout ce qui m’entoure ! Les passants dans la rue, les films ou séries, les vitrines et bien entendu Instagram. J’adore Instagram autant que je le trouve effrayant.  C’est un réseau uniquement basé sur l’image par laquelle nous projetons une vie parfaite, rêvée qui est très loin de la réalité. Mais pour moi, c’est un outil essentiel pour découvrir des tendances ou de nouveaux produits.

Quel est votre défi ?

C’est un défi de vaincre quelque chose et de trouver une façon de vous prouver que vous pouvez continuer. Je n’aurais jamais pensé que je serais capable de faire ce que j’ai fait ces dernières années. Il y a eu des échecs, mais j’ai appris tellement de choses ! Notamment sur moi-même. Les défis sont importants, ils nous permettent de progresser.

Quel patron de Fibre Mood figure sur votre liste de choses à réaliser ?

Il y en a plusieurs. J’aime le top Lauren et le robe Violet. J’aime généralement les modèles simples et sobres, parce que je suis sûre de les porter effectivement !

louisemagazine

Quels sont les avantages et les désavantages de travailler seule ?

L’avantage est très clairement la liberté. Je fais ce que je veux, quand je veux. C’est inestimable. Le désavantage est que je n’ai pas de collègues. Je dois avouer que cela me manque. J’aimerais avoir quelqu’un qui me conseille ou juste quelqu’un pour boire un café et parler. Mais je rencontre de plus en plus de gens, je sors de chez moi, enfin, donc la solitude s’estompe. Ceci dit, j’espère ne pas être seule très longtemps et trouver un partenaire. Message aux volontaires 

Comment trouvez-vous de nouvelles idées pour les articles ?

Les idées viennent souvent de mes propres expériences. Il existe déjà beaucoup de blogs de couture, j’essaie donc de trouver de nouvelles perspectives et de nouveaux sujets qui n’ont pas encore été utilisés par un grand nombre de blogueurs. Mais la couture est un domaine tellement étendu que je pense pouvoir trouver des articles pendant les 5 ans à venir, sans aucun problème !

Où vous voyez-vous d’ici 5 ans avec Louise Magazine ?

C’est long, 5 ans ! Dans mes rêves les plus fous, Louise Magazine sera devenu une référence dans l’univers de la couture, nous avons une petite équipe de rédaction et de magnifiques partenariats avec des marques. 

Chez Fibre Mood, nous sommes tout à fait ouverts à cela !

Partagez cet article

Chaque semaine le meilleur de Fibre Mood dans votre boîte mail ?